Service client :           06 68 85 79 72
                                                  Du lundi au samedi de 9h à 20h

Le bois face à ses concurrents :

Le bois délivre le « CO2 » qu’il consomme sur pied (lorsqu’il était arbre), pour le libérer lors de son brûlage dans une chaudière, démontrant ainsi son côté écologique. Puisque la forêt française couvre 15,7 millions d´hectares, (28,6% du territoire, la France est en 3ème place européenne derrière la Suède) cette énergie ne connaît pas de limite. Elle permet de réduire la dépendance des énergies faucilles (gaz, fioul, électricité qui en est dérivée…) et de valoriser, contrairement à ses concurrents, ce matériau recyclable qu’est le bois. En effet, selon le principe « un arbre brûlé un arbre replanté », on remplace chez nous et dans la majorité des cas les arbres coupés et qui permettent, par leur production, le chauffage individuel en France.

Le bois : une énergie économique :

Contrairement aux immeubles d’habitation en ville, le chauffage au bois à la cote pour une moitié des français, notamment ceux vivant en maisons individuelles, en zone rurale ou la distribution locale et le stockage du bois sont plus faciles. Résultat, le marché des chaudières bois est en constant développement. Leur perfectionnement permet -à consommation égale mesurée avec les anciennes productions- des gains significatifs de température. La chaudière à bois est capable de produire à faible coût, grâce à un excellent rendement énergétique, l’ensemble des besoins en chauffage et en eau chaude de la maison.

Faut-il investir dans une nouvelle chaudière ?

Investir dans le bois en ayant une chaudière adaptée génère de sérieuses économies, notamment face à l’évolution constante à la hausse des énergies faucilles. Désormais et à température égale, il est fréquent de diviser en deux la facture ! Si l’on ajoute à cela les aides, subventions et crédits d’impôts résultant de l’achat d’une chaudière adaptée, la facture énergétique se réduit considérablement. Economies et écologie sont donc à portés de bourse pour tout français désireux de protéger son environnement et son petit confort personnel, sans pour autant se serrer la ceinture.

Le stère, la mesure du bois coupé :

Le stère (st) []est l’unité de mesure utilisée pour le commerce du bois de chauffage. Il équivaut à un mètre cube apparent, soit un stockage de bûches d'un mètre de long dans une surface formant un cube d'un mètre de côté. Selon la norme NF l'étiquetage indique une quantité en stères utilise une correspondance normalisée entre stère et volume apparent. A titre d’exemple, le stère de bois coupé en bûches de 33 cm a un volume apparent de 0,7 m3. Cependant, après stockage, on constate que cette coupe ne représente que 0.6 à 0.7 m3.


Reconnaitre un bois sec :


Le bois sec brûle mieux, certes, mais comment le reconnaitre ? Simplement en frappant entre-elles deux bûches : un bruit sec doit alors résonner. Simple, non ! Pour information, sachez qu’un bois sec contient moins de 25% d’humidité grâce à un séchage moyen de deux années.

G1 contre G2 ?

Derrière cette classification se cache la valeur de dureté d’un bois. Le chêne, le hêtre ou le frêne -classé G1- grâce à une forte densité, délivre plus d’énergie et de chaleur qu’un bois plus tendre classé G2.
 
© Copyright 2011 Massard